top of page

Ne plus être triste !

Dernière mise à jour : 28 avr.




Quelle colère, quelle amertume et quelle rancoeur ne vient pas de la tristesse ?


La tristesse ne serait pas donc simplement le contraire de la joie. Elle est aussi le contraire du bonheur. 

Notre plus grand mal-être vient toujours de cet état confidentiel, intime, personnel et quasi permanent qui nous envahit parfois par surprise : la tristesse d'une déception, d'un échec, bref la tristesse d'être incapable de changer les choses. 


Combien de fois sommes nous tristes de devoir accepter une injustice, une absence de solidarité ou encore un égoïsme de la part de ceux qui nous entoure. 


Alors, souvent, nous nous arrêtons à la conséquence visible et audible de cette tristesse : la colère, la rébellion, le rejet, la haine...

Nous oublions que toutes ces émotions ont une origine avant d'être des conséquences. 

La cause de nos sentiments les pires et les plus violents est tout simplement cette tristesse latente qui n'est que la seule vérité des aspects négatifs de notre vie. 


Eh oui, quand nous nous disputons, nous nous trahissons, nous en sommes à rester incapable à nous retrouver et nous unir au sein de nos familles, de nos entourages personnels ou professionnels, c'est parce que la tristesse est bien plus forte que toutes les raisons positives que nous pourrions utiliser pour ne pas produire et reproduire le négatif de notre monde. 


À quel point suis-je triste ?


Pour ma part, je vous partage en vérité que l'une de mes priorité chaque jour est de regarder en face mes tristesses et de les analyser afin de trouver ensuite les ressorts qui me permettront de m'apaiser et de mieux être avec le monde qui m'entoure. 


Oui la tristesse est bien plus grande que nous le pensons. 

Par exemple, devons nous être triste d'être différents les uns des autres, devons nous en être déçu ?

ce qui est sûr c'est que nous serons et resteront toujours aussi différents des autres après avoir répondu à cette question. 

Ce qui compte au final, c'est de regarder tous les aspects sur lesquels nous ne sommes pas différents pour enfin être capable de nous unir et agir ensemble. 

C'est pourquoi, rien ne sert d'être triste sur ce point comme sur bien d'autres. 


La politique est ainsi mortellement triste !


Pour finir, une fois que nous avons compris que ce qui se joue au delà des ambitions personnelles, des méchancetés gratuites et des actes malveillants, nous pouvons donc analyser et comprendre l'immensité mortifère de la tristesse de ceux qui ont voulu le pouvoir (politique, économique, social et culturel). 

Où en sont ceux qui nous gouvernent, et ceux qui veulent nous gouverner demain ?

À eux comme à nous de répondre pour eux mêmes. 


Pour cette nouvelle année qui commence, je nous souhaite de connaître nos plus grandes tristesses et de leur faire face pour ne pas céder au plus négatif que nous pouvons produire. 


Heureuse nouvelle année à tous !

169 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page