top of page

Compétents incompétents

La loi et le droit confère dans l’espace public, mais aussi privé, une série de compétences à des personnes qui se présentent volontairement pour les exercer. 


Ces compétences sont attribuées sous conditions. 

Conditions de qualification, de diplôme, d’expérience, de filiation ou encore d’autres critères parfois moins objectifs (reconnaissance d’un patrimoine héréditaire culturel, religieux ou communautaire). 


Ces compétences sont une garantie que quelques uns qui les exercent le font dans l’intérêt général


Elles sont ainsi définit comme étant l’ensemble des savoirs, savoirs-faire et savoirs-être acquis et maîtrisés par les personnes qui sont chargées de les mettre en œuvre. 


La loi donc attribue ces compétences aux corps des élus de la république par exemple et aux institutions qu’ils doivent diriger, et cela toujours et surtout dans l’intérêt général. 


Pour autant, la plupart des compétences ainsi dévolues à nos administrations et gérées par nos élus ne semblent pas remplir leur rôle et ne solutionnent pas la réalité des problèmes vécus au quotidien par les habitants. 


Face à cela, certains concluent souvent que le problème vient des compétences elles mêmes. 

Mais, malheureusement pour eux, il est possible de comprendre très vite que le cœur de ces problèmes est niché dans un autre aspect totalement désolant : l’incompétence. 


L’incompétence, cette fois, non pas législative ou réglementaire, mais l’incompétence intellectuelle, technique et sociale. 


Prenez une personne qui n’a aucune connaissance et aucune expérience d’un domaine ou d’un environnement (géographique, politique et social), élisez cette personne sur la base des promesses qui n’engagent que ceux qui veulent y croire : dans ce cas précis, vous aurez toujours l’avantage de savoir à l’avance que l’incompétence de cet(te) élu(e) ne produira que les effets attendus. 


Ce cas est tellement courant qu’il est étonnant encore aujourd’hui d’entendre une majorité de contestation quand les choses ne vont pas et qui se traduisent par « rien ne changent…c’est toujours la même chose…avec ces élus là! Ou encore, les élus ne font rien...ils sont intuiles...etc. Mais, question presqu'inutile, "ces élus là", qui les a élus ? 


Étonnant, car il est pourtant évident que quand vous élisez une personne incompétente et que vous lui confiez des compétences à exercer, vous êtes à la fin bel et bien le seul responsable de votre situation et des conséquences de votre choix. 


Parce qu'une chose semble être établie : Un(e) incompétent(e) est incompétent(e) parce qu'il (elle) n'exerce pas de compétences. 

À l’inverse, quelqu’un de compétent se doit être un critère fondamental de votre choix dans l’urne. 


Parce que la compétence ne soucie pas des rapports familiaux et d’amitiés avec un candidat à la responsabilité publique.

La compétence ne se soucie pas de l’intuition que cette personne peut éventuellement être quelqu’un de bien du point de vue politique. 

La compétence se nourrit du niveau de l’ensemble des savoirs, savoirs-faire et savoirs-être acquis et maîtrisés par les personnes qui sont chargées de les mettre en œuvre… je le rappelle. 


C’est une analyse très certainement froide, mais c’est malheureusement tellement vrai aussi. 


C’est pourquoi cet adage fait toujours débat : « nous avons toujours les élus que nous méritons. »

Je me permettrai de rajouter que nous avons surtout les élus que nous élisons, soit par choix soit par défaut de choix. 

Car l’abstention permet aussi à l’incompétence de conquérir le pouvoir politique. 


Si l’incompétence devait renoncer à elle même alors nous aurions une chance de voir plus de place pour que la compétence puisse s’exprimer. 

Mais, le pouvoir est un phénomène si étrange qu’il a pour lui d’attirer sans trier tout type d’ambition personnelle et d’individu égoïste ou égocentrique. 


Alors, à vous la majorité, de faire désormais des choix différents. 




117 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page